cliqueter cliqueter achat viagra livraisonh cialis en suisse aller http://www.jvbrown.edu/index.php?new=127... ici aller http://www.jvbrown.edu/index.php?new=553... ici commander du viagra belgique vent de viagra france aller aller prix boite viagra aller cliqueter cliqueter viagra tarif aller cliqueter sites fiables kamagra cialis moins cher en pharmacie cliqueter ici ici achat cialis viagra http://www.salinasbeautycollege.edu/inde... http://www.salinasbeautycollege.edu/inde... achat vardenafil cialis ou commander du viagra sur internet cialis meilleur cout viagra generique suisse acheter du kamagra en france dans une pharmacie sans ordonance achat de cialis non générique ici sildenafil achat acheter viagra cialis cialis zonder voorschrift levitra generika kamagra günstig kaufen viagra costo acheter viagra en belgique est ce la vrai acheter viagra montreal rezeptfrei viagra tadalafil acquisto on line tabletas cialis ordinare cialis italia levitra generica comprar viagra on line levitra generika

Accueil » Journaux, MEDIAS20, QUOI DE NEUF

Gratuité des archives : le trafic du New-York Times explose

Rédigé par Philippe Gammaire

13 décembre 2007 2 commentaires


Mais qu’attendent encore les quotidiens nationaux et régionaux français ? Sur leurs sites web, ils regorgent d’archives payantes qui ne rapportent rien ou presque.

Un gisement que dis-je, une mine d’or de contenus.

Inexploités.

Des archives endormies.

En septembre dernier, le site du New-York Times avait décidé de réveiller ces belles endormies, en rendant leur accès gratuit aux internautes.
Et le résultat est là : le trafic du site a explosé, vient de révéler Techcrunch.
+64% de visiteurs en ligne entre fin août et fin octobre, soit 7,5 millions de visiteurs supplémentaires.
Dans le même temps, le nombre de pages vues s’est envolé de 52,2%.
L’équation est pourtant simple :

+ de contenus = + de trafic = + de revenus publicitaires

Faut-il rappeler la théorie de la longue traîne ?

Appliquée aux médias, elle signifie que – sur une longue durée – les milliers d’articles passés quasi-inaperçus lors de leur parution initiale seront plus lus que les scoops ou les actualités fortes qui ont fait la Une en leur temps.
Pourquoi ?
Il existe simplement une demande de contenu pour tous les sujets possibles et imaginables.
Editeurs de presse et journalistes (dont je suis), nous sommes souvent obnubilés par le scoop. Autant dire l’arbre qui cache la forêt.

Certes, il fait vendre… mais pendant combien de temps ? 24, 48 heures.
Et on passe à autre chose.

Mais ces centaines de milliers d’articles qui dorment dans les archives intéressent tout autant les lecteurs, sinon plus. Et génèrent beaucoup plus de clics, sur de longues durées.

C’est le cas pour mon blog : les pages vues les plus nombreuses sont celles d’articles parus depuis la création du site, début 2006.
Bien sûr, chaque parution de note génère un pic de visites. Mais ce n’est qu’un pic.

Bref, ouvrir ses archives au grand public c’est multiplier le nombre de clics, donc de pages vues. C’est aussi augmenter la durée de visite des internautes sur un site et accroître le volume de visiteurs qualifiés.

Alors, qu’attendent encore les journaux, vous avez une idée là-dessus ?

Contacter l'auteur

Mots-clés :

2 commentaires »

  • Matthieu dit :

    Tout à fait d’accord, à mon avis la très grosse majorité des sites devraient mettre leurs archives en accès gratuit (et faire des efforts en SEO). De fait, je ne sais pas quels sont les revenus de l’achat d’archives à l’unité mais je ne pense pas qu’ils soient très important, non?

    Mais peut-être n’est-ce pas applicable à tout le monde, enfin pas à lemonde.fr :-)

    En effet, leur partie payante génère 30% des revenus, soit plus que le nytimes en son temps, et la publicité rapporte moins en France qu’aux Etats-Unis

    Se pose aussi la question de la monétisation du contenu : la publicité sur des archives rapporte beaucoup moins (CPC? Comportementale?), si tant est qu’il y ait publicité (sachant que les inventaires non vendus aux annonceurs sont de plus en plus important, ils seraient maintenant de 50% et c’est parti pour continuer à augmenter avec l’abondance d’informations sur le net et la crise économique).

    Du coup, ça m’étonnerait qu’ils puissent rentabiliser une telle opération, du moins pour l’instant

  • admin (author) dit :

    Bonjour Mathieu,
    désolé d’avoir un peu tardé à te rpondre.
    non effectivement les archives payantes ne rapportent rien ou presque effectivement (de mémoire, 2000 euros de revenus pour La Tribune, avant qu’elle n’ouvre ses archives à tous – je peux me tromper mais c’est de cet ordre là).
    Tu as probablement raison, dans le contexte actuel de crise (ralentissement sinon coup d’arrêt des investissements pubs sur le web), l’ouverture des archives risque fort de ne rien rapporter ou peu. Mais la crise ne durera pas éternellement, et l’ouverture des archives devrait permettre dans un 1er temps d’augmenter considérablement les pages vues et le nombre de lecteurs.
    À terme, c’est payant. ;-)

Laissez votre message !

Rédigez votre message ci-dessous ou créez un rétrolien depuis votre propre site web. Vous pouvez aussi suivre les réponses via le flux RSS.